Vent de Raison

EDORA, première responsable du mal dont elle se plaint.

Vent de Raison – Wind me Redelijkheid note avec intérêt la déclaration de la fédération EDORA et son appel « au secours » adressé au Gouvernement wallon. Cette déclaration appelle quatre commentaires :

1.    La fédération EDORA est la première responsable du mal dont elle se plaint. En effet, voilà plus de dix ans que la propagande pour l’éolien en Wallonie n’est étayée par aucune preuve matérielle et opposable de la contribution positive des parcs éoliens à la réduction des émissions de CO2 par kWh d’électricité consommée en Wallonie. De plus, l’impact environnemental local de ces parcs a été systématiquement sous évalué.

2.    Devant cette attitude, les riverains de plus en plus nombreux de parcs éoliens n’ont cessé de manifester par tous les moyens démocratiques à leur disposition une opposition résolue à une industrie dont l’objectif premier est de capter autant que faire se peut les considérables flux financiers crées par les Certificats Verts, lesquels sont un « impôt » prélevé directement à la source chez les consommateurs wallons.

3.    La politique en cette matière des gouvernements wallons successifs depuis une douzaine d’année a été d’ignorer l’interpellation des citoyens pourtant répété de multiple fois. Au contraire, des déclarations comme celle de la « Pax Eolienica » (2018) entièrement dévouée aux exigences d’EDORA, ont contribué fortement à creuser le fossé entre les citoyens et le pouvoir exécutif sur ce point essentiel. Le concept d’une « Pax » unilatérale étant à lui seul un sinistre déni d’écoute des citoyens.

4.    A l’instant où ces mots sont écrits, il semble que Madame la Ministre Tellier prenne la mesure du problème environnemental et économique que ses prédécesseurs (tous partis confondus) ont créé et lui ont laissé. Il est en effet urgent de replacer ce problème dans sont cadre juste et complet.

Lire l'article sur rtbf.be

>> Avec 24 mâts érigés en 2020, l'éolien wallon est "en net recul"